menu cliquable

   Cliquer sur une icône

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

menu cliquable

Mentions légales


Site développé en collaboration avec la Pastorale des Familles du diocèse de Strasbourg


Forum Faites-nous connaître Ecrivez-nous Sondage Livre d'or
Abonnez-vous à la lettre d'information


[ Choisir une autre fiche ]
Marie : que dire aux enfants ?
Le mois de mai, une occasion de parler "juste"

Eviter les exagérations
Le mois de mai est traditionnellement consacré à Marie. Une occasion de parler avec les enfants de la Mère de Dieu, sans exagération, sans mièvrerie, sans céder à un merveilleux de pacotille, mais avec justesse. C'est d'autant plus difficile que nous ne savons que très peu de chose sur elle car les évangiles sont très discrets. La piété mariale est née assez tardivement ; la définition des dogmes qui la concernent dans les conciles du 4ème et du 5ème siècle a donné lieu à une foire d'empoigne entre évêques et à des schismes !
Evitons donc les exagérations dans un sens comme dans l'autre et commençons à nous faire une idée aussi juste que possible en adultes pour parler juste à nos enfants.
Ce qui est plausible
Marie était sans doute très jeune quand elle prend conscience de la mission que le Père lui propose et qu'elle s'y engage, peut-être environ 16 ans ; elle vit en couple avec Joseph, donne naissance à Jésus (comme toutes les femmes, car sinon il manquerait à Jésus dans son humanité d'avoir connu ce premier traumatisme qu'est la naissance). Elle vit en famille, perd son mari (c'est toujours trop tôt), observe de loin son fils qu'elle ne comprend pas toujours et qui lui fait peur... Jusqu'à la croix où elle est là, écrasée de douleur mais debout, modèle de dignité.
Ce qui n'est probablement pas vrai :
Au-delà de ça nous ne savons rien mais les coutumes juives de l'époque nous permettent d'abandonner certaines croyances peut-être belles mais sans doute infondées :
> que Marie ait été confiée au temple à 3 ans : c'est beau mais une femme ne pouvait pas avoir accès au temple et ne pouvait pas y avoir été élevée.
> que Marie ait fait vœu de virginité : ce genre d'engagement existait dans le monde gréco-romain mais pas dans le monde juif où l'accomplissement d'une vie de femme était d'avoir des enfants. Décider la virginité revenait à refuser d'entrer dans le projet de Dieu sur l'humanité.
> que Joseph ait été un vieillard choisi pour respecter la virginité consacrée de la jeune fille ; tout ce qu'on peut dire (parce que l'évangile nous invite à le croire), c'est que la naissance de Jésus ne doit rien à l'intervention humaine ; tant pis si la biologie se casse les dents à essayer de l'expliquer.
Marie, notre mère
A l'inverse rien ne nous permet de supposer que Marie ait forcément eu d'autres enfants de Joseph parce que l'évangile parle des frères de Jésus. Restons-en au peu que l'évangile nous dit : Marie est une femme comme les autres, comblée de l'amour de Dieu ; elle a su prendre la mesure de ce don fait à l'humanité et en vivre. C'est toute la différence, elle est énorme... Marie n'est pas quelqu'un à part : elle serait inaccessible et inimitable. Au contraire, elle est un exemple d'humanité et c'est pour ça qu'elle est si importante pour nous. S'il y a d'elle une phrase à retenir, c'est "je suis la servante du Seigneur". Profitons de ce mois pour la présenter ainsi à nos enfants et pour les aider à nouer une relation de confiance et de familiarité avec celle que Jésus nous a confiée comme notre mère.
> Prier avec Marie...

> remonter