Retour à l'accueil

[ Choisir une autre fiche ]
Eveil à la foi, le premier pas de l'évangélisation
1. Nouvelle évangélisation...

Après avoir été une priorité de Jean-Paul II, la "nouvelle évangélisation" a été relancée par Benoît XVI. L'adjectif est ambigü : il peut laisser entendre qu'il s'agit de recommencer l'évangélisation qui à partir de Saint Paul avait converti les pays méditerranéens et abouti à ce qu'on a appelé la "chrétienté". Personne n'oserait affirmer que cette perspective triomphaliste ait totalement été absente de la pensée des papes, même si les conditions socio-politiques actuelles et le réalisme obligeaient à la cacher. Il est bon de voir clair pour ne pas se perdre sur de fausses pistes.

  • la chrétienté a-t-elle existé ?
    Dans les rêves, peut-être, dans la réalité jamais ! Des historiens comme Jean Delumeau l'ont asséné depuis des années. Observons le comportement des pays qualifiés de chrétiens et nous pourrons accumuler des tonnes d'exem- ples : depuis des siècles, les hommes ont massivement des comportements peu chrétiens dans la vie quotidienne, à tous les niveaux. C'est bien justement ce qui a suscité dans l'Eglise des grands saints qui au cours des siècles ont cherché des moyens d'évangéliser les chrétiens et l'Eglise, de François d'Assise à Thérèse de Lisieux en passant par Vincent de Paul, sans oublier le concile Vatican II. Les dérives sociales actuelles en France ne sont qu'un avatar d'une situation qui n'a jamais cessé, ce n'est pas la faute à François Hollande.
  • Sait-on que le pays le plus "chrétien" d'Afrique au 20ème siècle était le Rwanda ? Cherchez l'erreur !
    C'est la preuve que l'évangélisation a beaucoup de chemin à parcourir avant de convertir vraiment les cœurs des hommes ; le baptême ne signifie rien dans ce domaine, la foi n'est jamais un acquis définitif.

L'évangélisation est donc une nécessité urgente et permanente, et surtout pas pour revenir à un ordre ancien qui a produit affrontements, guerres et misère, avec l'indécence d'y associer le nom de Dieu en lui crachant au visage. C'est pourquoi elle doit être nouvelle : sans cesse renouvelée, adaptée au monde en général et à chaque situation particulière, sans cesse innovante, courageuse sinon audacieuse, comme l'a souhaité Vatican II dans Gaudium et Spes.
Une des exigences de cet effort missionnaire est de prendre conscience qu'il n'est pas l'exclusivité d'un groupe de spécialistes : si l'ordination en fait un objectif proritaire pour les ministres de l'Eglise, l'évangélisation est la vocation de tous les chrétiens ! Elle est un appel pressant à chacun, oui, à vous aussi ! Si vous pouviez rencontrer un prêtre qui prétend évangéliser seul dans sa paroisse, ce serait le signe qu'il est infidèle à son ordination...
Bien entendu, chacun n'est pas invité à entrer dans cette perspective de la même manière. Nous ne sommes pas tous de la trempe de François d'Assise ou de Vincent de Paul (enfin, vous, je ne sais pas, mais moi c'est une évidence !). Mais les chantiers sont d'une extrême diversité, les charismes aussi, chacun peut trouver sa voie, et bien sûr celle de l'éveil à la foi où vous êtes engagés en est une de première importance !
> remonter