Retour à l'accueil

[ Choisir une autre fiche ]
Parler au nom de l'Eglise

Au cours d'une réunion biblique œcuménique, il y a bien des années, une protestante pure et dure m'assène pour me persuader de l'absence d'intérêt d'une étude sur la bible "de toute façon, chacun peut penser et dire ce qu'il veut, il n'y a pas de vérité". A la même époque, un professeur de la faculté de théologie protestante confiait : "le malheur de nos Eglises issues de la Réforme, c'est que nous avons supprimé le ministère d'unité du pape et le magistère des évêques : chacun pense et dit ce qu'il veut, y compris des stupidités, et personne ne peut le contredire". Nous le trouvons parfois un peu étouffant, mais c'est une des richesses de notre Eglise.
Certes, disions-nous le mois dernier, l'Eglise est infaillible, mais pas ses membres (pas même le pape, si ce n'est dans certaines circonstances rares et précises). Toute parole de chrétien est respectable, les idées que nous pouvons avoir ont de la valeur mais elles ne sont pas "parole d'évangile". Elles ne s'imposent à personne : elles peuvent nous porter à réfléchir, à approfondir, à étudier, mais elles ne sont pas forcément indiscutables.
Le ministère ordonné dans l'Eglise est le garant de la foi. Il a pour mission de veiller à son intégrité, de contrôler que le dépôt de l'Eglise est respecté. Un curé n'a pas forcément raison parce qu'il est curé, mais la mission qu'il reçoit de l'évêque est de rassembler le peuple qui lui est confié dans la vérité autour du Christ. Il lui revient d'annoncer la parole de Dieu dans sa paroisse et de s'assurer que ceux qui sont amenés à prendre la parole sont en communion avec l'Eglise. Il en est responsable, ce qui ne signifie pas qu'il détienne une autorité, mais qu'il doit en répondre devant l'évêque. Si parler au nom de la foi est une prérogative de chaque baptisé en vertu de sa mission prophétique, parler au nom du Christ et de l'Eglise est une mission des ministres ordonnés. Leur formation leur donne les connaissances nécessaires pour exercer cette mission, leur ordination leur donne une grâce particulière. Mais ce ne sont que des hommes, avec leurs fragilités, leurs faiblesses, leurs défauts. Ils ont une mission exigeante pour laquelle ils ont bien besoin des prières et de la bienveillance du peuple de Dieu dans sa totalité, car ils n'y sont fidèles que s'ils ont à la fois cette bienveillance envers chacun mais aussi la fermeté nécessaire : un compromis pas toujours évident... Surtout quand ils sont aux prises, comme ça m'est déjà arrivé, avec des personnes qui savent tout et les contestent, fières de leur incompétence. Le dépôt de la foi, c'est à eux de l'interpréter et de l'actualiser, non pas en fonction de leurs préférences personnelles mais dans la prière et la fidélité à l'Eglise ; ils s'engagent et ce n'est pas facile ! Il leur arrive de bousculer des certitudes (il n'y a rien de pire). Ils invitent à se recentrer avant tout sur la Parole de Dieu, à la lumière de l'enseignement de l'Eglise au cours des siècles. Ils sont garants de la Tradition et sont parfois amenés à relativiser les traditions...
Parler dans l'Eglise est votre mission, notamment pour dire la Parole de Dieu aux enfants qui vous sont confiés, en famille ou en paroisse. Ce n'est pas votre Parole que vous annoncez, ce ne sont pas vos idées personnelles que vous répandez. Vous le faites dans la fidélité au Christ et à l'Eglise. Mais vous ne parlez pas "au nom" de l'Eglise, votre parole ne l'engage pas. Cette mission est celle des ministres ordonnés, évêques, prêtres et diacres.
> remonter