Retour à l'accueil

[ Choisir une autre fiche ]
Laissez les enfants venir à moi

Un passage d'évangile archiconnu... Jésus et les apôtres arrivent à la maison, avec la fatigue de la journée. Il sort d'une controverse avec les pharisiens qui ont voulu le piéger sur le mariage. Les apôtres veulent en savoir plus, et voilà qu'on entend la marmaille qui piaille. Les mamans amènent leurs gamins pour que Jésus les bénisse. Mais les apôtres en ont marre, ils essaient d'expulser ces intrus. Alors Jésus se fâche : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n'accueille pas le royaume de Dieu à la manière d'un enfant n'y entrera pas. »
On ne peut pas être plus clair ! Reprenons les phrases de Jésus :
> "Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas"
Jésus parle à ses apôtres, donc en premier lieu aujourd'hui aux responsables d'Eglise. Si votre curé estime que l'éveil est du temps et de l'énergie perdus, rappelez-lui que même s'il n'est pas tenu de l'organiser lui-même, il ne peut pas se permettre de l'empêcher ! Et il a besoin de vous. Mais il parle aussi aux parents : il ne nous invite même pas à stimuler nos enfants, encore moins à les obliger ! Il nous demande de ne pas les empêcher, de ne pas faire obstacle. Je sais, je prêche des convaincus : mais n'hésitez pas à servir aussi cette phrase aux parents qui ont toujours d'indiscutables bonnes excuses pour ne pas envoyer leurs enfants aux activités que vous organisez. Je n'oublierai jamais la remarque de ce groupe de confirmands à qui je demandais quel avait leur principal obstacle sur le chemin de la foi et qui m'int répondu presque unanimement : nos parents. Sans commentaire !
> "Celui qui n'accueille pas le royaume de Dieu à la manière d'un enfant n'y entrera pas."
Ça ne signifie évidemment que nous devons recommencer à porter des couches et à faire pipi au lit, ni que nous devons faire des caprices et mordre les pieds des meubles... Ce qui caractérise les enfants, c'est l'impuissance et la nécessité de faire confiance aux adultes. Et ça leur joue parfois des tours ; c'est pourquoi les crimes commis à l'agard des enfants (inceste, pédophilie,...) sont particulièrement graves. Mais Jésus nous propose un Père de qui nous n'avons rien à craindre et il nous appelle à la confiance. Nous n'entrerons pas dans le Royaume de Dieu grâce à nos mérites, à la force des poignets, ni en faisant à Dieu des reproches sur ce qui ne marche pas à notre satisfaction dans le monde. Nous n'y entrerons qu'en abandonnant nos prétentions et en nous abandonnant à la confiance, en acceptant que tout nous vienne comme cadeau de Dieu. Ce n'est pas de la passivité, ce n'est pas être profiteur : c'est entrer dans le projet de Dieu.
> Nos enfants nous éduquent
Nous avons l'impression que nous avons des choses à apprendre à nos enfants. C'est indiscutablement vrai. Nous serions bien inspirés de penser que nous avons aussi à apprendre d'eux. C'est la condition d'entrée dans le Royaume de Dieu...
> remonter