Retour à l'accueil

[ Choisir une autre fiche ]
Demandez et vous recevrez...

"Maman, je veux..."
"On ne dit pas 'je veux'"
"Tu n'as pas bientôt fini de demander ?"

C'est vrai que cette phrase de l'évangile a quelque chose de provoquant et nous hésitons un peu à en parler à nos enfants... Et même adultes, nous avons envie de relativiser : j'ai demandé plein de chose et je ne les ai pas reçues ! Quelques points de repère :

> On a parfois mauvaise conscience à demander :
"Dans ma prière, je ne fais que demander, surtout quand ça va mal ; mais quand je suis heureux, j'oublie de dire merci."
Comme si nous ne pouvions revendiquer que si préalablement nous avions approvisionné notre compte avec un matelas de louanges gratuites. C'est oublier que notre prière par excellence, le "Notre Père", ne comporte que des demandes ! Notre première attitude, c'est de demander car seuls, dit Jésus, "vous ne pouvez rien faire". Loin d'être humble, refuser de demander peut au contraire devenir très prétentieux ! Nous ne recevons pas parce que nous méritons, mais parce que Dieu se donne. Nous ne sommes pas pardonnés parce que nous pardonnons ou parce que nous regrettons nos fautes, c'est le contraire.
> Demander, c'est une attitude de confiance :
C'est donc plutôt bon signe si nos enfants sont toujours à demander quelque chose ! Mieux vaut qu'ils demandent, quitte à apprendre que leur demande n'est pas raisonnable, plutôt que de les voir prendre l'habitude déplorable de se servir eux-mêmes !
Et face à Dieu ? S'il ne donne pas, impossible de se servir soi-même ! Ça n'empêche pas d'avoir le réflexe de demander : c'est le signe de la confiance que nous plaçons en Dieu Père, quitte à apprendre, même si on est adulte, que notre demande n'est pas raisonnable...
> Mais qu'est-ce qui est raisonnable ?
J'ai demandé à ne pas être interrogé en classe, à avoir le beau temps pour le pique-nique de dimanche, à gagner au loto. Evidemment, ça m'aurait bien arrangé, mais dès le départ, je sentais bien confusément que ce n'étaient pas des choses à demander. Je ne peux pas demander quelque chose qui ne serve que mon intérêt personnel. Pourtant, au contact avec des malades, je demande ave tant de confiance qu'ils guérissent... et ils ne guérissent pas. Face à des catastrophes naturelles, je voudrais tellement qu'elles puissent être évitées... Ce n'est pas raisonnable ?
> Demandez... Qu'est-ce que je peux demander pour le recevoir ?
C'est tout simple, en apparence. Beaucoup moins dans la pratique. Une phrase de Jésus éclaire bien la recherche : "vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants : combien plus votre Père donnera... l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent". Si vous demandez, vous êtes sûrs de recevoir !
> Bon... Et demander l'Esprit Saint, ça m'avance à quoi ? J'ai pas mal d'autres besoins !
C'est vrai : des besoins naturels (manger, nous soigner), mais aussi combien d'envies inutiles sinon de caprices... Qu'est-ce qui est essentiel ? Une seule chose vous est indispensable, dit Jésus : aimer. Et ça, vous ne pouvez pas y arriver profondément seuls. Vous pouvez vous agiter pour le reste : c'est de votre responsabilité. Aimer, vous avez besoin de prendre conscience que les ressources nécessaires ne viennent pas de vous : c'est Dieu qui les enfouit en vous. Demander, ce n'est ni caprice ni paresse, c'est la confiance en notre Père qui n'a pas d'autre trésor à nous donner que lui-même. Si nous aimons, nous pouvons faire comme le propose saint Augustin : "aime et fais ce que tu veux" : pas n'importe quoi, mais si tu aimes, ta volonté ne te poussera à faire rien d'autre qu'aimer et à vouloir et réaliser le bonheur de tes frères.
Demandez et vous recevrez : l'Esprit d'Amour qui seul peut vraiment épanouir nos vies. Ce n'est pas un caprice. C'est difficile, mais éduquer un enfant à ne désirer que l'amour, c'est une responsabilité de parent qui vaut d'être tentée : c'est le chemin sur lequel nous sommes engagés...
> remonter