Retour à l'accueil

[ Choisir une autre fiche ]
Liturgie : le temps "ordinaire"
Ordinaire mais pas quelconque, le temps de l'Eglise

Chaque année, nous traversons le temps "ordinaire". Lorsque Vatican II a réformé le calendrier liturgique, les rédacteurs ont buté devant cette difficulté : le temps de Noël, le Carême ou Pâques sont bien organisés autour de fêtes, mais entre eux il reste 34 semaines (les 2/3 de l'année) où il ne se passe "rien". Rien d'exceptionnel, de spectaculaire, de motivant. De l'ordinaire. C'est ainsi qu'on a qualifié ce temps, comme s'il était quelconque. Autrefois on parlait des dimanches "après l'Epiphanie", "après la Pentecôte" : comme des dimanches d'attente, de patience, jusqu'à ce qu'il se passe de nouveau quelque chose.
La tentation est grande pour les parents et les catéchistes de se contenter de motiver les enfants sur le spectaculaire et sur les fêtes - c'est plus facile - et de laisser tomber le reste pour lequel il est plus difficile de trouver des idées. Chacun sent bien que c'est un mauvais calcul mais la lassitude conduit vite à laisser entre parenthèses cet épisode décidément trop ordinaire. Un parent me disait "dans l'année, il y a des moments où on parle de Jésus : sa naissance, sa vie, sa mort, et puis ça recommence, mais à part ça, on ne sait pas quoi dire".
Et pourtant il n'est pas ordinaire, ce temps ! Il est le temps de l'Eglise, notre temps à nous, celui d'enraciner dans nos vies celle de Jésus et son enseignement, celui de la croissance du Corps du Christ dans le monde. C'est très abstrait ? Pour des enfants sans doute, à nous de trouver des thèmes qui leur permettent de s'éveiller à cette idée que Jésus est avec nous "tous les jours, jusqu'à la fin du monde". Je vous en propose trois qui sont déjà présents sur le site et que nous pourrions développer :
- les témoins : on peut centrer des récits (en famille), des activités ou des célébrations (en paroisse) sur des personnages de l'Evangile ou sur des saints
- la croissance personnelle : grandir, c'est permanent et on peut imaginer des activités étendues dans le temps (dans le même principe qu'un calendrier d'avent ou de carême, suivre la croissance d'un haricot...)
- le bricolage et les mises en scène à partir de l'évangile : illustrer une scène qu'on raconte avec des dessins ou une scène playmobil...
La découverte de la foi ne se limite pas à ce que nous pouvons apprendre sur le Christ. Il reste alors le plus important : l'enraciner dans notre vie. Le temps "ordinaire" n'est pas ordinaire : il est le temps où se construit l'Eglise.

> remonter