17ème dimanche ordinaire


D'après l'évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 11, 1-13)

Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il termine, un de ses amis lui demande : « Jésus, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l'a appris autrefois à ses amis. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites :
"Père,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés,
car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous.
Et ne nous soumets pas à la tentation." »

Jésus leur dit encore :
« Imaginons que l'un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : "Mon ami, prête-moi trois pains : un de mes amis arrive de voyage, et je n'ai rien à lui offrir." De l'intérieur, l'autre répond : "Ne viens pas m'ennuyer à cette heure ! Maintenant, la porte est fermée ; tout le monde est couché, je ne peux pas me lever pour te donner du pain !"
Eh bien, même s'il ne se lève pas pour donner ces pains par amitié, il se lèvera parce que cet ami n'est vraiment pas gêné, et il lui donnera tout ce qu'il lui faut.
Alors, moi, je vous dis : Demandez, vous recevrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. Oui, celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvre.
Quel père donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? ou une grosse araignée s'il lui demande un œuf ? Si donc vous, qui n'êtes pas parfaits, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus Dieu, votre Père qui est aux cieux donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Points de repère pour un échange :
  • Jésus est un homme de prière : l'évangile le montre souvent priant. La mention "un jour, quelque part", montre que ça devait arriver souvent.
  • Ses apôtres auraient bien aimé des prières à apprendre, de recettes, des "trucs"... Rien de tout cela : Jésus n'apprend pas des prières, il apprend à prier : c'est un état d'esprit, une disponibilité, des conditions.
  • Les enfants ne connaissent probablement pas encore le Notre Père : ils ne verront pas les différences entre le texte de l'évangile (partie en italique que nous n'avons pas modifiée) et celui de la prière. On pourrait ne garder que la première partie du texte et dire avec eux la prière dont ils pourraient répéter les phrases, à la place du texte évangélique, éventuellement échanger sur l'une ou l'autre phrase.
  • Quand nous pensons "Dieu Père", nous pensons qu'il est notre Père... donc plus tout jeune. A nos enfants, faisons comprendre qu'il est jeune comme leur propre père (qu'ils ne trouvent pas forcément jeune...). Mais attention aux enfants qui n'ont pas de père ou une relation difficile. Il faut beaucoup de délicatesse pour ne pas les blesser (voir dans la chapitre Famille "Parler de Dieu comme d'un Père")
  • La deuxième partie est importante aussi : elle dit l'importance de la prière. Mais les enfants doivent comprendre qu'on ne reçoit pas n'importe quoi si on le demande à Jésus ! Ce qu'il nous donne, c'est l'Esprit Saint, c'est-à-dire avant tout d'être capables d'aimer.
  • Vous qui êtes mauvais, dit Jésus... Nous avons adouci le propos mais l'important est de comprendre que Dieu, qui est parfait, ne peut offrir que le cadeau parfait. De même nous avons gardé dans la comparaison les serpents, qui peuvent dire quelque chose aux enfants mais remplacé le scorpion par une araignée. Mais tout est possible !
  • Pour cette occasion, on pourrait proposer que les enfants n'arrivent à l'église qu'au moment du Notre Père, avec un grand dessin réalisé en commun (collage ? grand panneau décoré ensemble ?) ; ils le déposent devant l'autel, qu'ils entourent ensuite pour le temps de la prière.
Suggestion pour une prière :
Prier ensemble le Notre Père ; les enfants répètent les phrases dites par un adulte.

Suggestion pour un coloriage :
cliquer sur le dessin


On peut aussi utiliser pour un grand panneau l'un des trois dessins ci-contre, photocopié en agrandissement A3 ou même après collage A2 ; on peut aussi les monter en puzzle ou en vitrail.