4ème dimanche de Pâques


D'après l'évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 10, 11-18)

Jésus disait aux Juifs : "Je suis le vrai, le bon berger. Le vrai berger donne même sa vie pour ses brebis.
Celui qui est payé pour faire ce travail n'est pas le vrai berger, car les brebis ne sont pas à lui ; il pense d'abord à lui : s'il voit venir un loup, il s'enfuit pour se mettre à l'abri, il abandonne les brebis, et le loup les attaque. Les brebis n'ont pas d'importance pour lui.
Moi, je suis le vrai berger ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent ; c'est comme ça que Dieu le Père me connaît, et que je connais le Père.
Moi, je suis prêt à donner ma vie pour mes brebis.
J'ai aussi d'autres brebis, qui ne sont pas dans cette bergerie : celles-là aussi, il faut que je m'occupe d'elles. Elles écoutent quand je leur parle ; un jour je vous rassemblerai tous : comme ça, il y aura un seul troupeau et un seul berger.
Dieu le Père m'aime parce que je donne ma vie, alors il me la redonnera. Personne ne peut me la prendre : c'est moi qui décide de la donner."
Points de repère pour un échange :
  • La comparaison entre Jésus et le berger est classique. Elle est peut-être plus difficile pour des citadins ou pour des enfants du 21ème siècle qui n'ont plus guère l'occsion d'en fréquenter, sauf dans les régions d'élevage ; elle reste néanmoins abordable.
  • Jésus se présente aussi comme le seul intermédiaire : tous les autres sont des voleurs sinon des assassins. Il ne vise évidemment pas ceux qui dans le passé sont venus au nom de Dieu comme les prophètes, mais ceux qui égarent le peuple comme les pharisiens et les prêtres de son époque.
Suggestion pour une prière :
psaume 23 dans le "psautier des enfants".

Suggestion pour un coloriage :
cliquer sur le dessin