14ème dimanche ordinaire


Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 4, 26-34)

Jésus racontait des histoires pour expliquer le royaume de Dieu : « Le règne de Dieu est comme un homme qui jette le grain dans son champ : nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait pas comment. La terre produit elle-même d'abord l'herbe, puis l'épi, enfin du blé plein l'épi. Et quand le grain est assez mûr, on y met la faucille, et c'est le temps de la moisson. »
Il disait encore : « Avec quelle histoire pourrais-je décrire le règne de Dieu ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences du monde. Mais quand on l'a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes du jardin ; et elle a de longues branches, et les oiseaux du ciel peuvent y faire leur nid. » Avec beaucoup d'histoires comme celle-ci, Jésus leur disait la Parole de Dieu, quand ils étaient capables de la comprendre. Il ne leur disait rien sans dire des histoires, mais ensuite, il expliquait tout à ses amis.

Suggestion pour un coloriage :
cliquer sur le dessin


Points de repère pour un échange :
  • Contrairement à ce que laisserait croire l'évangile, les paraboles n'ont pas pour but d'empêcher les auditeurs de Jésus de comprendre ce qu'il veut dire. Ce sont au contraire des comparaisons simples et parlantes, tirées de la vie quotidienne, que tout le monde pouvait comprendre.
  • La graine qui germe et le blé qui pousse nous rappellent que si le royaume de Dieu s'installe, ce n'est pas dû à nos efforts. De même que le cultivateur n'a pas fait grand-chose (juste semer les graines), de même nous ne pouvons pas faire grand-chose pour le royaume ; mais notre collaboration est aussi essentielle que le geste des semailles. A partir de là, tout se fait en dehors de nous. Certes, nous savons maintenant que le processus de germination est dû à la graine elle-même et pas à la puissance de la terre où elle est enfouie, mais ça ne change rien à l'interprétation de la comparaison.
  • Dans la parabole de la graine de moutarde, Jésus exagère un peu : elle est très petite mais sa taille n'a rien d'exceptionnelle (environ 1 mm de diamètre) ; de plus elle donne certes un gros buisson, plus gros que la plupart des plantes potagères, mais lui-non plus n'est pas vraiment un arbre (tout au plus 1,5 m). Mais l'essentiel n'est pas là : on pourrait négliger quelque chose de petit comme si c'était inutile, alors que ça peut devenir très grand. Nos efforts peuvent paraître ridicules, Dieu peut leur donner d'énormes conséquences.
Suggestion pour une prière :
psaume 92 dans le "psautier des enfants".