17ème dimanche ordinaire


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 13, 44-52)

"Le Royaume des cieux est un peu comme un trésor qui était caché dans un champ et qu'un homme a découvert : il le cache de nouveau et, tout heureux, il s'en va, il vend tout ce qu'il a et il achète ce champ pour récupérer le trésor.
Le Royaume des cieux peut aussi être comparé à un bijoutier qui cherchait des perles fines. S'il trouve une perle particulièrement belle, il s'en va vendre tout ce qu'il avait pour acheter la perle.
"Le Royaume des cieux ressemble aussi à un filet qu'on jette dans la mer et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, puis on s'assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon et l'on rejette ce qui ne vaut rien. C'est ce qui se passera à la fin du monde : les anges viendront, ils sépareront les mauvais et les bons ; ils jetteront les mauvais dans le feu ; là, on sera malheureux, pleurera et on grincera des dents.
Il leur demanda : "Avez-vous compris tout cela ?" - Oui, lui répondent-ils. Et il leur dit : "Ainsi donc, tout savant qui connaît bien la bible et qui a appris ce que je vous dis peut être comparé à un maître de maison qui a dans son trésor du neuf et du vieux."

Points de repère pour un échange :
  • Ces paraboles complètent celles du dimanche précédent, en apportant le même leçon avec quelques éléments nouveaux, peut-être moins abordables pour les enfants.
  • Vendre tout ce qu'on a pour acheter un champ, fût-ce pour trouver un trésor peut paraître étonnant. Plus encore pour une perle ! On pourrait imaginer d'autres exemples en parlant avec les enfants, à partir de leur expérience personnelle. Il est parfois arrivé à des parents de constater avec stupéfaction qu'un enfant a échangé un beau jouet contre une bricole sans valeur sauf à ses yeux.
  • On pourrait imaginer d'autres lectures pour la parabole des poissons, comme pour celle de l'ivraie : personne n'est tout blanc ou tout noir, exempt de péché pas plus que complètement perdu ; le bien et le mal vivent ensemble en nous, Dieu le reconnaît et l'accepte. Au moment de la rencontre, il triera le mal en nous pour que le bien resplendisse près de lui.
  • Il ne serait pas bon de donner trop d'importance à la "fournaise" : c'est une image pour évoquer le malheur de celui qui vit loin de Dieu. Mais on peut faire comprendre aux enfants que Dieu nous invite à vivre comme il nous le demande pour connaître le bonheur.
Suggestion pour une prière :
psaume 114 dans le "psautier des enfants".

Suggestion pour un coloriage :
cliquer sur le dessin