6ème dimanche ordinaire


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 17-37)

Les amis de Jésus étaient rassemblés autour de lui, sur la montagne ; il leur disait :
« Ne pensez pas que je suis venu supprimer la Loi de Moïse ou ce qu'on dit les Prophètes : je ne suis pas venu supprimer, mais améliorer. Je vous le dis, c'est la vérité : avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi. Donc, celui qui refusera la plus petite de ces règles, et qui dira aux autres de faire pareil, sera le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les respectera et les apprendra aux autres sera grand dans le Royaume des cieux.
Je vous le dis encore : Si vous n'êtes pas meilleurs que les scribes et les pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu'on a dit autrefois : Tu ne tueras pas, et si quelqu'un tue un autre homme, il ira au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : si quelqu'un se met en colère contre son frère, il ira au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, ce sera pire. Si quelqu'un maudit son frère, il ne vaut pas mieux qu'une ordure. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d'accord avec ton ennemi pendant que tu marches près lui, pour éviter que ton ennemi te fasse mettre en prison. Je te le dis, c'est la vérité : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime.
Vous avez appris qu'on disait autrefois : Tu n'iras pas avec une femme qui n'est pas la tienne. Eh bien moi, je vous dis : Si quelqu'un regarde une femme et la désire, il a déjà été avec elle dans son cœur. Si ton oeil droit risque de te faire tomber, arrache-le et jette-le loin de toi : il vaut mieux pour toi perdre une partie de ton corps, plutôt que si tout ton corps était perdu. Et si ta main droite risque de te faire tomber, coupe-la et jette-la loin de toi : il vaut mieux pour toi perdre une partie de ton corps, plutôt que si tout ton corps était perdu.
On disait aussi : Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un papier pour la libérer. Eh bien moi, je vous dis : Si quelqu'un renvoie sa femme, il la pousse à faire le mal.
Vous avez encore entendu qu'on disait : Tu ne dois pas jurer n'importe comment, mais si tu as promis quelque chose à Dieu, tu dois le faire. Eh bien moi, je vous dis de ne jamais jurer, au sujet de quoi que ce soit. Tu ne peux même pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Quand vous dites 'oui', que ce soit un 'oui', quand vous dites 'non', que ce soit un 'non'. Tout ce qui est en plus vient du diable. »
Points de repère pour un échange :
  • Un texte très difficile pour les enfants, où on peut sans dommage ne retenir qu'un seul aspect, tant ces préoccupations (notamment adultère et serment) leur sont étrangères.
  • On peut noter que Jésus ne se pose pas en fondateur d'une nouvelle religion qui remplacerait l'ancienne. Aucune prescription de la loi n'est mineure, mais Jésus invite à poser sur elles un autre regard.
  • Les prescriptions concernant la colère sont plus accessibles aux enfants : qui ne se met en colère ! et on n'apprendra jamais trop tôt qu'on peut tuer en paroles. Il était difficile de supprimer le mot "maudire", mais il méritera un commenaire : de même que bénir, c'est "dire du bien", maudire, c'est, au sens propre, "envoyer au diable".
  • Les questions de tribunal ne sont pas familières aux enfants ; elles nécessiteront peut-être un commentaire. De même l'allusion à la géhenne qui ne dit plus grand-chose, même aux adultes : le ravin de Ge-Hinnon, au pied des remparts de Jérusalem, était le dépôt d'ordures de la ville, "là où", comme le dit l'évangile, "le feu ne s'éteint pas et le ver ne meurt pas : la comparaison entre le mal et les ordures est sans doute plus éloquente.
  • Il n'est pas indiqué d'insister sur les propositions d'auto-mutilation : Jésus n'y invite pas d'une manière concrète, il ne faudrait pas que les enfants y nourrissent une culpabilité qui les tente de passer à l'acte, fût-ce plus tard. Le corps doit être respecté, mais il faut apprendre à le domestiquer et à le dominer.
Suggestion pour une prière :
psaume 118 dans le "psautier des enfants".

Suggestion pour un coloriage :
cliquer sur le dessin