Retour à l'accueil

En famille
Prier en famille
Un coin-prière...
Vivre le Carême
Vivre l'Avent
Raconter...
Dieu notre Père...
Nommer Dieu...
Mots magiques...
Prier sur une photo...
Parler des saints...

Documents
Une brochure
l'Evangile...
Des histoires...
Les psaumes...

Jouer en ligne
L'enjeu
Memory
Jeux de l'oie
Jeux de loto
Association de paires

Forum Faites-nous connaître Ecrivez-nous Sondage Livre d'or
Abonnez-vous à la lettre d'information

Aménager un "coin-prière"

La première règle, c'est qu'il n'y en n'a pas ! Pas de Yfo ni de Yaka, à chacun de s'organiser suivant sa sensibilité et dans les conditions où il se trouve. Les photos de cette page ne sont ni des modèles ni des exemples, tout au plus des illustrations.
Ceci dit...
  • La présence d'un espace permanent réservé à la prière dans une maison ou un appartement donne une ambiance... Autrefois toutes les maisons avaient dès l'entrée une croix : protection, superstition ? et pourquoi donc serait-ce déplacé de se mettre sous la protection de Dieu ? Aujourd'hui, (laïcité oblige ?), la place d'honneur serait plutôt occupée par la télé et le magnétoscope ou le lecteur de DVD.
  • Il y a des appartements petits où on est les uns sur les autres : comment trouver de la place pour faire une exposition d'objets religieux ? mais qui parle d'exposition ! Il y a des croix qui ne mesurent pas plus que 15 cm de haut : c'est sûr qu'on ne peut pas lui trouver une place entre deux posters (et d'ailleurs c'est sûr que tous les posters sont absolument indispensables ?)
  • Evidemment, c'est mieux de ne pas mélanger les symboles religieux censés porter vers la prière avec n'importe quoi. La croix du Christ et la svastika (croix gammée) ne font pas bon ménage. Sur les murs, mais pas davantage dans nos coeurs ! réserver une place décente à la croix sur un mur, c'est aussi simplement un signe que notre coeur est ouvert...
  • Et que vont penser les voisin(e)s ou les copains (copines) des enfants en entrant chez nous ? A chacun d'y répondre, interdit de juger les autres. Juste un petit encouragement : on ne demande à personne un drapeau sur le balcon, mais il y a des fois où on peut dire, discrètement mais clairement, ses convictions sans peur d'être ringard...
  • "Bon arrêtez votre baratin et votre morale, j'ai dégagé un coin du salon, qu'est-ce que j'y mets ?"
    Retour à la case-départ : ce que vous voulez, vous êtes chez vous.
    Gardez simplement à l'esprit quelques recommandations :
    • vous ne faites pas une présentation "arts-déco" ; les peintres d'icônes prient en se mettant au travail : et pourquoi pas quand on prépare un coin-prière ? On voit parfois des photos d'espaces familiaux de prière qui sont esthétiquement beaux mais pas pratiques et qui ne doivent pas souvent servir ;
    • le coin doit avoir une destination permanente : autant que possible ne l'utilisez pas pour autre chose ; mais son organisation peut varier ;
    • attention au côté pratique : dans un coin par terre ou sur une étagère, il faudra de temps en temps faire le ménage : plus il y aura d'objets... Mieux vaut aussi éviter les objets fragiles (voir aussi ci-dessous)
    • si vous avez des enfants petits, apprenez-leur que ces objets sont importants pour vous et qu'on n'y touche pas... et si la famille s'y retrouve de temps en temps pour prier, les enfants comprendront (et s'ils ont leur propre coin-prière, ça ira encore plus vite)
    • essayez que ce soit beau ; mais là, tout se discute (et à l'intérieur de la famille, tout le monde n'aura pas le même avis !) ; il y en a pour qui le style saint-sulpicien atteint la transcendance du chef-d'oeuvre, d'autres pour qui c'est une indécence et une insulte au bon goût. Dans ce cadre, moins il y en aura, plus il sera facile de se mettre d'accord.
    Les objets qu'on peut y trouver :
    • une croix (qui peut être suspendue au mur) ; une seule ? en principe oui, mais on peut avoir reçu des cadeaux qu'on veut conserver en bonne place...
    • une (des) icône(s) du Christ, de Marie... éventuellement variable suivant le temps liturgique ;
    • un poster au mur (les librairies religieuses proposent des photos superbes assorties de citations bibliques ; c'est très beau, et très cher) ; si vous avez les moyens et le temps d'y penser, vous pouvez les renouveler de temps en temps ;
    • un cierge ou une belle bougie ou des lumignons (attention aux enfants s'il est accessible et attention aux taches de cire surtout si vous avez de la moquette, c'est la plaie !) ; se réunir le soir en famille à la lumière d'un cierge donne une ambiance de paix propice à la prière.
    • une bible... à ouvrir de temps en temps...
    • un (des) "tabourets de prière" adaptés aux tailles des "usagers" (un peu difficile pour les enfants et surtout les petits : il faut apprendre à s'y asseoir)
      Vous pouvez imaginer de le fabriquer vous-même : voir la fiche dans l'espace Bricolage
    • un danger pour la sobriété : les souvenirs de pèlerinages et/ou de fêtes religieuses familiales
  • Et pour les enfants ?
    C'est en effet une bonne chose de les amener à réserver un coin de leur chambre pour la prière et les mêmes recommandations s'appliquent. On y ajoutera quelques recommandations spécifiques :
    • la question de la permanence : elle dépend de l'âge de l'enfant.
      • S'il a choisi lui-même, il faudra l'inviter à respecter son propre choix et à ne pas déborder quand il joue ;
      • Si le coin a été aménagé quand il était petit, il faut essayer de l'amener à comprendre l'intérêt que ça représente pour les parents (et le plus efficace est un "coin" familial fréquenté) ;
      • Quand il grandit, il faut en discuter avec lui ; il risque d'être très sensible au regard de ses copains/copines, voire d'être gêné : ne le forçons pas à être un apôtre contre son gré, ce qui n'empêche pas de l'y inviter.
      D'une manière générale, invitons-le à respecter l'endroit ;
    • la question de la décoration : c'est "son" coin, laissons-le le décorer lui-même au risque que ça ne nous plaise pas ; notre rôle d'éducateurs pourra se limiter à fixer des règles, à lui présenter la relativité de l'importance des objets (par exemple, les cadeaux de baptême, on n'y touche pas) et de l'inviter à ne rien enlever (ou jeter) sans accord.
    Bien sûr, un enfant risque de respecter d'autant plus son coin-prière personnel qu'il voit ses parents le respecter et le fréquenter avec lui.
> Retour